Articles

La première instruction du Seigneur Sanat Kumara — Sri K. Parvathi Kumar

 

crédit image: http://toolsandtoys.net
Posez-vous la question : « QUI SUIS-JE ? »

La première instruction du Seigneur est : Demandez-vous, « QUI SUIS-JE ? » En général, vous n’êtes pas ce que vous croyez être.

Tous les jours en vous réveillant le matin, posez-vous la question, « QUI SUIS-JE ? »

Le Seigneur accorde la plus haute importance à cette question, « QUI SUIS-JE ? » Il s’agit là d’une question fondamentale par laquelle nous perdons toutes nos identités face à tout ce que nous pensons être. Nous ne sommes pas ce que nous pensons être.

Nous avons l’habitude de nous définir et de nous installer dans une identité. La plupart du temps, notre identité est une identité mondaine. Nous ne nous souvenons pas que nous ne sommes qu’un être parmi des milliards et des milliards d’êtres – juste un être avec un prénom, avec une forme changeante, et avec une activité dans ce monde. Je suis Kumar n’est pas si vrai, je suis un homme n’est pas si vrai, je suis professeur n’est pas si vrai. JE SUIS n’est pas Kumar, avant que l’on ne m’appelle ainsi. JE SUIS n’est pas un homme, jusqu’à ce que j’ai développé une forme masculine. JE SUIS n’est pas enseignant, c’est un rôle. JE SUIS est JE SUIS, qui est l’identité originelle. Ce JE SUIS n’a ni nom ni forme mais une conscience pulsante qui n’a pas d’existence indépendante. Il émerge de l’Existence et se fond dans l’Existence. Il a une identité en tant qu’unité de conscience. Lorsqu’il se fond dans l’Existence, la question « QUI SUIS-JE » disparaît avec lui.

De cet état d’Existence pure, il y a des états relatifs et successifs jusqu’à l’état mondain.

Notre nom n’est pas ce que nous sommes, car il nous est donné après notre naissance. Notre forme physique n’est pas ce que nous sommes, parce que si nous regardons nos photos depuis l’enfance jusqu’à aujourd’hui, elles ont bien changé et elles vont continuer de changer. De plus, nous ne nous contentons que des photos qui sont très jolies et nous ne préférons pas que les autres photos soient exposées ! Mais nous ne sommes pas cette forme, parce que dans chaque vie nous avons une forme différente. Nos noms, formes et activités ne définissent pas ce que nous pensons être, car tout ceci change sans cesse. Nos formes changent sans cesse, non seulement en termes de petites et de grandes mais aussi, de temps en temps, en terme d’hommes et de femmes, afin d’acquérir des expériences variées pour se réaliser.

Nos activités évoluent aussi en fonction du besoin de l’âme de se réaliser. Les activités changent d’une vie à l’autre et parfois aussi au sein d’une même vie. Nous ne pouvons pas identifier de façon permanente JE SUIS avec un nom, une forme ou une activité. Nous sommes juste JE SUIS, une unité de conscience. Nous ne sommes qu’un concept émergeant de l’Existence. Même JE SUIS n’est pas considéré comme réel. La seule réalité est l’Existence. JE SUIS est l’état secondaire à cette Existence. JE SUIS est une conscience de l’Existence. Dans la pure Existence, la conscience ne l’est pas. Elle est fusionnée. Par conséquent, lorsque « QUI SUIS-JE ? » est imaginé, il vous conduit à la réalité d’une Existence. Le reste qui est fondé sur cette réalité est un artifice. Le JE SUIS lui-même est une projection de l’Existence, un germe. L’existence est, même lorsque la conscience n’y est pas. La question  »QUI SUIS-JE ? » vous conduit donc à une réalité et vous révèle l’illusion relative au reste. Quant à eux, les sept plans sont construits sur la base de l’Existence, bien qu’ils aient une réalité relative.

Dans ce contexte, les gens se retrouvent coincés avec leur nom, leur forme et leur activité. Ils sont désespérément localisés au point de se retrouver coincés dans une identité rétrécie. Pour s’arracher à une localisation aussi désespérée, il est recommandé de contempler sur le « QUI SUIS-JE ? » Quand cette contemplation n’a pas lieu, l’homme se retrouve coincé avec des définitions, qui ne sont que des circonscriptions. Or, plus il construit de circonscriptions, plus il souffre.


Extrait « The Teachings of Sanat Kumara » pp. 25-27

Copyright

© 2009 Dhanishta, Visakhapatnam, India
© 2009 Dhanishta, Einsiedeln, Switzerland
All rights reserved

Traduction libre par AB pour www.omshantigaia.com

Avis. Les textes publiés sur ce blog le sont à titre informatif. Votre discernement doit prévaloir en tout temps.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.