AIMER SES ENNEMIS — Ramtha par JZ Knight channel

crédit image: www.flickr.com

EXTRAIT — LE MYSTÈRE DE L’AMOUR

AIMER SES ENNEMIS

J’aimais avoir un ennemi. Cela me donnait une raison d’être furieux toute ma vie. C’est ainsi que mes ennemis ont parfois été mes plus grands amants. J’avais un profond respect pour mes ennemis. Je les admirais; ils m’admiraient. Nous pensions beaucoup les uns aux autres. Je les admirais; ils m’admiraient.

Eh bien, ils me donnèrent une raison de me battre pour quelque chose. N’est-ce pas merveilleux? Si je n’avais pas eu d’ennemis, je ne serais jamais partie d’Onai. Je ne serais pas ici aujourd’hui. Où serions-nous tous? Eh bien, je serais marié avec 45 enfants, j’en suis certain. Et plus pauvre, plus pauvre qu’un prêtre à l’église. Mais, mes ennemis me donnèrent une raison d’être furieux, Dieu les aimaient. Mais je ne su cela qu’après avoir eu des ennemis dans ma vie. Et,vous savez, j’ai vu tous ces gens mourir.

Savez-vous, de l’autre côté, combien de vin nous avons bu ensemble depuis cette époque? Eh bien, nous nous retrouvons dans un lieu joyeux, joyeux, un grand hall. Et nous aimons tous parler de ces jours passés sur terre, et nous montrons à tout le monde nos cicatrices. Bien sûr, elles ne sont pas visibles sur notre corps dans cette forme-là, mais au moment où nous en parlons, elles apparaissent. Chacun de nous a l’occasion de montrer ses cicatrices.

« Tu te souviens quand tu m’as passé l’épée à travers le corps? Ça alors! C’était fantastique! » « Tu te souviens quand je t’ai coupé l’oreille et te l’ai fait manger? Tu t’es presque étouffé! »

« Tu te rappelle quand ton étrier s’est trouvé accroché aux rennes de mon cheval et que tu t’es mis à courir en rond autour de mon cheval? J’ai cru mourir de rire! »

« Tu te souviens du jour où ton cheval t’es passé dessus! C’était fantastique, non! Je me demande où se trouve ce cheval aujourd’hui? » Parce que c’est comme le dit Shakespeare, une grande scène et nous sommes tous des acteurs.

Eh, bien, vos ennemis, que vous ont-ils donné dans votre vie? Ceci peut être un sujet de contemplation.

Comment pouvez-vous aimer vos ennemis? Je dois vous dire que vos ennemis occupent une place privilégiée dans votre royaume car vous en parler presque tous les jours. Et si vous avez tant d’intérêt pour quelqu’un, vous devez vous demander pourquoi vous avez de tels sentiments pour eux. Les ennemis. Il est difficile de donner à un ennemi. Comment donner à un ennemi? Que feriez-vous à vos ennemis, vos adversaires? Que feriez-vous? Allons, étant donné tout ce que vous avez appris jusqu’à présent dans l’enseignement d’aujourd’hui.

Eh bien, mes étudiants, écoutez ceci. Cela dépend de vous. Cela ne dépend pas d’eux; cela dépend de vous. Qu’allez-vous faire pour que l’amour coule vers eux dans votre vie? Comment pouvez-vous être bons avec vos ennemis? Peut-être devriez-vous leur dire: « Oh! ennemi, cela fait terriblement longtemps que je ne t’aime pas. Mais c’était mon erreur, et c’était mon manque de perspicacité et je vois que j’ai eu tort. Et j’ai découvert, à force de penser à toi constamment, que tu es réellement un type plutôt plaisant. Et je voulais simplement dire que je regrette beaucoup la rupture créée dans nos vis. Tu as été un défi et m’a aussi inspiré le respect. Tu m’as enseigné comment aimer les gens sans Quelques chose comme ça. Ou bien, prenez votre hache de guerre et faites un rituel et enterrez-la. Combien d’entre vous comprennent? Vous devez cultiver le dépassement de cette aversion et vous devez la maîtriser. Votre ennemi ne vaut pas la peine de perdre l’amour de Dieu pour lui. Personne n’en vaut la peine.

Si vous vous en êtes bien tiré avec votre cercle et que Dieu représente 360 degrés et que vous avez réussi à remplir au moins 50% du gâteau d’amour – et vous savez qu’à moins d’avoir complété le cercle entier, vous ne sortirez pas d’ici – pourquoi alors laisser cette entité vous retenir en arrière? En vaut-elle la peine? Pourquoi donc s’y accrocher?

En fin de compte, nos ennemis sont nous-mêmes. Lorsque nous pardonnons ouvertement une autre personne, nous pardonnons cette même imperfection en nous-mêmes. C’est donc en fait avec nous-même que nous enterrons la hache de guerre. Comprenez-vous? Qu’il en soit ainsi.

Ainsi, ce soir, vous allez avoir de nombreux sujets de réflexion. Et, en particulier, vous allez vous demander qui sont vos ennemis, les gens en qui vous n’avez pas confiance et que vous n’aimez pas. Et vous allez devoir vous demander: « Combien d’énergie ces personnes prennent-elles sur ma concentration? » Beaucoup. « Quelle partie de moi est semblable à eux? » Vous comprenez?

Lorsque vous aurez contemplé ceci intensément, vous trouverez beaucoup de place dans votre coeur pour vous pardonner. Et vous trouverez beaucoup de place pour leur permettre d’être ce qu’ils sont et vous aurez le coeur léger. Et vous saurez ce que l’on ressent quand on aime, à l’instant où vous vous rendrez compte de cela.


Knight, JZ (2002), RAMTHA: Le Mystère de l’Amour, Édition AdA inc. Extrait pp. 51-53

Avis. Les textes publiés sur ce blog le sont à titre informatif. Votre discernement doit prévaloir en tout temps.

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.